Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une petite pièce svp !

Une petite pièce svp !

Ce blog est destiné à la promotion de spectacle, faire découvrir de nouveaux artistes, vous faire part de mes coups de coeur et surtout vous donner envie d'aller au théâtre.


Rencontre avec ... Vincent Heden

Publié par TARDIEU LAURENT sur 30 Octobre 2015, 09:00am

Catégories : #interview

Rencontre avec ... Vincent Heden

Si vous avez vu Frankenstein Junior, Disco, Salut les copains ou Love Circus, vous connaissez forcément Vincent Heden, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c'est pour moi la plus belle voix de la comédie musicale en France et je vous laisse le découvrir dans cette interview qu'il m'a accordée.

 

Une rencontre enrichissante et passionnante.

Rencontre avec ... Vincent Heden

Bonjour Vincent, peux-tu te présenter ?

C'est pas un exercice dans lequel je suis très doué -rires- Vincent Heden, né en région parisienne, comédien, chanteur, directeur musical quelque fois, metteur en scène parfois, co-auteur, compositeur ... En fait je crois que je ne me définis pas, je suis mes envies, et je suis la demande aussi. Quand je le sens pas je ne le fais pas et si je n'y arrive pas j'ai aucun problème à le dire.

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

J'ai commencé à 5 ans par la musique, ensuite la danse, le théâtre quasiment en même temps et le chant est venu en dernier. Même si je chantais tout le temps et que je cassais les oreilles à tout le monde.

Avec ta voix je sais pas si on peut dire "casser les oreilles"?

Ah si si je chantais fort ! Mes parents trouvaient que je chantais bien mais que je chantais fort -rires-

J'ai l'impression que tu es un travailleur acharné et ultra-perfectionniste, est-ce que je me trompe ?

C'est vrai je le suis mais de moins en moins, parce que je trouve que c'est un défaut. Alors bien sur oui on pourrait dire "olala c'est un défaut super hype et super classe" mais non c'est un vrai défaut en fait. Les perfectionnistes, on finit aussi par ne pas faire des choses parce qu'on se dit toujours que c'est pas assez bien, on se bloque, on finit par avoir très peur, on n'ose pas se lancer parce qu'on se dit que de toute façon on n'arrivera pas à ce qu'on veut faire. La vraie qualité je crois c'est le courage, parce qu'on a tout le temps la trouille mais malgré ça on se lance, avec la folie, l'insouciance avec toujours beaucoup de respect pour les gens à qui on propose, c'est-à-dire le public, de pas se dire qu'on fait n'importe quoi puis on verra bien ce qui se passe. Non il faut toujours une foi, que tous les artistes partagent, quelle qu'elle soit.

Euh c'était quoi la question ? -rires- Si je suis perfectionniste? Alors oui je le suis mais en vieillissant j'essaie de toucher à autre chose, à l'impalpable, être moins cadré et prendre plus de risques.

Qu'est-ce qui te pousse à accepter un projet ou non ?

Le texte, l'histoire et le personnage. Tout est important mais c'est le texte qui nous fait vivre sur scène.

Tu excelles en chant, en danse, en comédie, est-ce qu'il y a une chose que Vincent Heden ne sait pas faire ?

Oui plein ! Je ne sais pas repasser -rires- Non il y a plein de choses que je ne sais pas faire pour l'instant mais que j'ai envie d'apprendre. J'apprends beaucoup en regardant nos metteurs en scène parce que la mise en scène m'attire de plus en plus. J'apprends beaucoup en regardant les musiciens avec qui je travaille, à leur contact j'apprends aussi la composition, la logique des musiques, je connais bien la musique puisque c'était ma première occupation artistique, donc j'en connais la rigueur mais j'apprends aussi d'autres choses, parce que chaque vision est différente. Je m'intéresse aussi à la lumière, au son, en ce moment je travaille avec François Peyrony sur les Contes de Perrault ( à partir du 14 Novembre 2015 au théâtre de La Michodière ) et sa vision de la sonorisation est magique. Elle est intelligente, psychologique, artistique et ça c'est fascinant.

Vincent Heden en lettres rouges à L'olympia, tout seul, c'est quelque chose qui te plairait ou tu préfères l'esprit de troupe ?

Ce que j'aime c'est raconter des histoires et partager la scène, pour l'instant c'est pas du tout à l'ordre du jour. Pas maintenant.

Tu es en ce moment sur scène au théâtre de poche Montparnasse dans "Robert Le Diable", comment s'est passée la rencontre avec la metteur en scène Marion Bierry ?

On s'est rencontré en 2005, elle m'avait vu dans Camille Claudel au théâtre de l'Oeuvre m-e-s jean-Luc Moreau. J'interprétais deux rôles, celui du narrateur de l'histoire qui était le dieu Hermes, rien que ça, et Paul Claudel le geôlier de Camille Claudel. je savais qu'elle avait aimé le spectacle, on m'a passé le mot, ensuite elle m'a contacté par la suite pour un spectacle qu'on a finalement pas fait ensemble, et elle m'a rappelé pour une version de " l'illusion comique" qu'on a joué au théâtre de poche avec des grands noms du théâtre, c'était super.

Il y a vraiment une grande tendresse entre nous, Marion joue avec l'une de mes cordes particulières, qu'elle est je crois la seule à utiliser, un côté très poétique, un peu juvénile que j'ai eu l'habitude de faire il y a longtemps mais que je ne fais plus trop. J'ai l'impression d'être un symbole particulier et indéfinissable pour Marion.

Tu peux nous parler de ce spectacle ?

Robert Le Diable c'est Robert Desnos, c'est une exposition de sa personne , de sa sensibilité, de son histoire, de son travail qui n'est pas assez connu en France car c'est un poète extraordinaire. Moi j'avoue que je ne connaissais que les petites poésies qu'on apprend à l'école ( la fourmi, la coccinelle) mais il y a tous les poèmes à côté qui sont forts. Desnos c'est quelqu'un qui disait les choses, des choses très fortes et très brutes dans ses poèmes. Il y a dans sa poésie une sensualité troublante que l'on découvre et une légèreté constante. En fait c'est très humain, c'est très simple et respectueux. C'est ce qui a beaucoup plus à notre quatuor.

C'est sous forme de cabaret, mais pas forcément dans le côté musical du cabaret mais plus dans l'insolence et dans la matière brute. C'est donné c'est offert de façon brutale et honnête, comme un cabaret.

Le lieu en plus est super et parfaitement adapté à ce spectacle.

Les gens ressortent émus, légers avec le sourire.

Tu es autant à l'aise à chanter des chansons d'amour dans Love Circus sur l'immense scène des Folies Bergères qu'à jouer des poèmes dans la petite salle du théâtre de poche. En fait tu te sens sur scène comme à la maison ?

Je me sens très bien sur scène c'est vrai. Je m'intéresse beaucoup à tout ce qui est énergétique et on parle souvent d'endroits qui sont "habités" et j'ai l'impression que chaque théâtre, la scène particulièrement, est un endroit comme ça. C'est un endroit de connexion. Oui je me sens chez moi. Mais attention j'aime aussi beaucoup mon vrai chez moi, j'aime beaucoup ma famille, mes amis, mon intimité, ma solitude ... Mais c'est vrai que sur scène il y a comme une électricité.

l'équipe de Robert le diable, cabaret Desnos, tous les lundis à 20h30 au théâtre de Poche Montparnasse.

l'équipe de Robert le diable, cabaret Desnos, tous les lundis à 20h30 au théâtre de Poche Montparnasse.

Quel/quelle ...

Quel est le premier mot qui te vient à l'esprit ?

Passion

Quel est ton signe astrologique ?

bélier

Quelle est la chose que tu regrettes le plus dans ta carrière ?

la peur, qui m'a peut être empêché de faire des choses quelquefois.

Quelle chanson te fait vibrer ?

my funny valentine

Quel est ton plus beau souvenir sur scène ?

En fait il y en a deux, le premier que je retiens c'était lors de la dernière de Frankenstein Junior au Dejazet, à la fin du spectacle, sur la toute dernière note, les 500 spectateurs ont tous levés une petite pancarte avec écrit MERCI. On a tous été cueilli, très touché et c'était vraiment très émouvant.

Le deuxième souvenir qui a été très fort, c'était sur Love Circus pendant la période des attentats de Charlie Hebdo, c'est vrai qu'on s'est posé la question de savoir si on jouait ou si on annulait les représentations, on a quand même maintenu et alors là le spectacle a pris une toute autre valeur, c'était très émouvant. C'était très sincère et il y avait un vrai silence à la fin du spectacle et j'ai vraiment eu l'impression que là, on touchait du doigt ce pour quoi on fait ce métier.

Quel artiste rêves-tu de rencontrer ?

J'ai le droit de choisir un mort ? Alors Charlie Chaplin ... mais il y a plein de vivants que j'admire, je ne suis pas passéiste.

Avec des Si...

 

Si tu n'avais pas été artiste ?

médecin ou psy

Si tu devais donner un conseil au petit garçon que tu étais à 6 ans ?

n'aie pas peur

Si tu avais un super pouvoir ?

lequel est le mieux ? l'annulation de la haine immédiate

Si tu pouvais passer une journée dans le sexe opposé, quelle est la première chose que tu ferais ?

l'amour bien évidemment ... ou je serais enceinte.

Si tu devais changer une chose dans ton physique ?

être plus grand

Si tu te croisais dans la rue, tu te dirais quoi ?

ouvre les yeux, arrête de rêver . Enfin non rêve mais ouvre les yeux !

Si tu devais ne retenir qu'un moment fort de ta carrière?

allez je vais retenir un personnage qui était Estelle dans Disco, il s'est passé un truc indéfinissable. Une entité est née, je revois parfois des interviews et je me reconnais absolument pas, et je me rappelle pas avoir fait ça en fait. Objectivement Il y a truc qui est né c'était fort.

Si c'était à refaire ?

Si je pouvais garder tous les souvenirs de ce que je viens de faire là, je ferais autre chose du coup. Mais si je dois tout oublier non, j'aurais pas envie de voir ce qui va se passer.

Pour finir, j'ai un petit rituel, je te laisse mon téléphone et tu fais la photo que tu veux !

Bon ben j'ai payé de ma personne !

Bon ben j'ai payé de ma personne !

Petit bonus, je partage avec vous le gentil mot que Vincent m'a laissé sur le livre d'or.

Rencontre avec ... Vincent Heden

Merci Vincent !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents