Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une petite pièce svp !

Une petite pièce svp !

Ce blog est destiné à la promotion de spectacle, faire découvrir de nouveaux artistes, vous faire part de mes coups de coeur et surtout vous donner envie d'aller au théâtre.


Rencontre avec ... Arnaud Gidoin

Publié par TARDIEU LAURENT sur 13 Avril 2016, 12:18pm

Catégories : #interview

Rencontre avec ... Arnaud Gidoin

Bonjour Arnaud, peux tu te présenter ?

Je suis Arnaud Gidoin, comédien, auteur et metteur en scène, né le 13 Octobre 1968 à Etampes. J'ai vécu très longtemps dans un petit village d'irréductibles gaulois à Boutervilliers et je mesure 1m86.-rires-

Quel est ton parcours ?

J'ai un parcours un peu chaotique mais j'ai toujours fait du théâtre en fait.

Depuis l'âge de 7 ans je joue sur scène. J'ai joué dans LES TROIS PETITS COCHONS, BARBE BLEU, LA REVOLUTION FRANCAISE... On avait la chance, à l'époque, d'avoir un maître d'école qui s'occupait des élèves du CE1 au CM2 et à la fin de l'année, que tu sois nul ou premier de la classe, on faisait un spectacle dans un théâtre. J'avais souvent les premiers rôles.

A partir de là, j'ai toujours fait ça. Pendant que mes potes passaient le BAC, moi j'étais déjà sur scène au café théâtre où en échange d'une bière je faisais deux, trois, sketchs.

J'ai vraiment commencé le 10 JANVIER 1993 au POINT VIRGULE. C'était le lendemain de la mort de Christian Varini (créateur du plateau Trempoint) et je me souviendrais toujours de Burnat qui m'a dit "Arnaud s'il te plait fais nous rire"... Tu vois l'ambiance? Tu commences pas forcément dans les bonnes conditions mais au moins tu es tout de suite dans le bain.

Après ça, pleins de scènes ouvertes avec mon one man show, d'abord un sketch, puis deux sketchs, tu cours les cachets, tu cours la France, tu cours partout en fait.

De là, la rencontre avec LA BANDE ORIGINALE, on fait le festival d'Avignon, la première partie de Gustave Parking à l'Olympia, on enchaîne avec le Trévise et enfin au SPLENDID, produits par Gérard Louvin.

Il y aura un deuxième spectacle après, dans lequel je ne serais pas, mais que j'ai co-écrit.

J'ai ensuite joué dans SHAKESPEARE LE DEFI, plus de 400 représentations à la COMEDIE DE PARIS et au PALAIS DES GLACES avec Eric Métayer et Gil Galliot. C'est un spectacle dont tout le monde me parle encore.

J'ai enchaîné avec mon One man show "la routine", mis en scène par Pascal Légitimus, produit par Claude François Junior. Il y a d'ailleurs un dvd du spectacle.

Après j'ai connu encore de belles aventures de troupe, je suis vraiment un homme de troupe, j'adore ça.

Parallèlement à ça, j'ai eu l'aventure télé avec le jeu ALI BABA, mais c'était vraiment un accident, j'avais vraiment l'impression de voler le salaire d'un autre. Pour moi, je piquais le boulot d'un mec et j'étais tellement content de retourner le soir sur scène. C'est là que je me sens bien.

Après ça, l'aventure merveilleuse de SCOUBYDOO, 2 spectacles sur 5 ans, 71 dates à l'Olympia, 82 dates aux Folies Bergères, les Zéniths de France, un gros délire, une troupe de dingue, mise en scène de Rémi Caccia.

Parallèlement au deuxième spectacle, je joue aussi LABICHE où j'interpète un alsacien. C'est ça qui me plait dans la démence de ce métier. L'après midi je suis Samy et le soir je suis un Alsacien dans un Labiche, le grand écart quoi ! Ce métier est génial.

C'est pour ça que ça me dérange les mecs qui te mettent une étiquette. Certes j'ai fait de l'animation télé mais pourquoi me faire payer un truc que je ne mérite pas. Pourquoi je ne pourrais pas faire du théâtre. La France est le pays du fromage et des étiquettes.

C'est dingue que ce métier soit fait par 30 personnes. Il y a 30 acteurs qui font le cinéma français. Tous les comédiens tiennent dans le théâtre du Châtelet, c'est pas normal, ils devraient louer 26 théâtres pour mettre tous les gens.

Voilà pour mon parcours très éclectique.

Avec des SI...

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'être comédien ?

Je regardais avec mon père à la télé AU THEATRE CE SOIR avec tous ces grands noms du théâtre, j'étais aussi passionné par des DE FUNES, AUDIARD, BLIER... Blier j'adore ! Parce qu'il y a une gouaille, parce que je suis fils d'ouvrier, parce qu'il y'a des images...

Il y a aussi les Palmade, Dupontel, pour l'écriture et l'humour, c'est vraiment des gens qui m'ont marqué, fait rire et donné envie de faire ce métier

Quelles sont, pour toi, les trois qualités essentielles qu'il faut avoir dans ce métier ?

la curiosité, la curiosité et la curiosité.

Il faut être curieux de tout ! Pour moi, un comédien, c'est un mec curieux, qui va voir une expo, qui va lire un livre, qui va s'inspirer de plusieurs choses, qui va aussi voir les autres jouer, qui va voir toute formes d'art pour alimenter son art.

C'est ça, curiosité, générosité, sincérité.

Tu écris aussi beaucoup pour les autres, est-ce que tu y prends autant de plaisir qu'à être sur scène ?

Oui ! C'est marrant parce que ma fille me dit toujours "Papa, pourquoi tu gardes pas tes vannes pour toi?" mais en fait je suis auteur, j'écris des vannes pour une personne et c'est peut-être des vannes que moi, je ne pourrais pas dire.

En fait ça me fait plaisir d'écrire pour les autres et j'écris toujours pour des personnes que j'aime. Je ne peux pas écrire pour un mec que je n'aime pas. Je suis super fier d'écrire pour Kavanagh par exemple, ce mec c'est le meilleur vendeur de vannes au monde.

Tu es actuellement sur scène dans LE FUSIBLE, comment as-tu atterri dans l'aventure et comment cela se passe ?

Je jouais 39 MARCHES et LE TRAIN FANTOME il y a deux ans, produit par Jean-Claude Lande en tournée et là, Jean Claude me dit "tiens Arnaud, j'ai peut-être une pièce, tu peux la lire s'il te plait, ça s'appelle Hors service", qui deviendra LE FUSIBLE. Je lis, ça me plait.

Il me dit c'est avec Stéphane Plaza, tu connais ? Bien sur que je le connais, je le croise depuis dix ans, j'aime beaucoup ce garçon.

Je suis revenu voir A GAUCHE EN SORTANT DE L ASCENSEUR , on a refait un peu connaissance avec Stéphane autour d'un verre.

Arthur Jugnot, le metteur en scène, m'a dit "je pense que c'est vraiment toi, le duo peut vraiment fonctionner". Au début on a fait les lectures en inversant les rôles, moi je devais jouer Paul et Stéphane devait jouer le rôle de Michel Deviné. Finalement, c'est Arthur qui nous a proposé d'échanger et la magie a opéré. Le duo a fonctionné immédiatement.

Ce qui fait la magie de ce duo, c'est qu'on est pas dans le jugement, il n'y a pas d'égo.

Stéphane est un mec d'une générosité hallucinante, c'est vraiment un gosse. Il joue avec instinct et il a un amour du public énorme. C'est tout de suite ton meilleur pote. On se considère comme des frères. J'ai jamais croisé un mec comme ça. Il s'intéresse vraiment aux autres.

On l'appelle "le capitaine". Il est incroyable.

Toute l'équipe est géniale, Gaelle Gauthier, Juliette Meyniac, Irina Ninova et Philippe Dusseau sont des comédiens formidables et on s'entend tous très bien. Pendant la tournée, on préférait tous se serrer dans une voiture trop petite plutôt qu'être séparés -rires- On fait vraiment parti de la même famille, de la même troupe.

L'aventure du fusible, j'ai rarement vécu ça. T'as l'impression d'arriver dans un magasin de jouets. Dix minutes avant de monter sur scène, on fait une réunion, un petit débriefing avec le capitaine, on parle en se tenant par la main et si jamais quelqu'un se lâche la main, on reprend tout depuis le début, c'est super drôle, le régisseur a toujours peur qu'on soit en retard sur le plateau. C'est un vraie récréation ce spectacle.

On en est à plus de 130 représentations et c'est un pur bonheur.

Rencontre avec ... Arnaud Gidoin

Quels sont tes projets à venir ?

Déjà la deuxième tournée du FUSIBLE. On finit le 31 JUILLET à Paris et on repart en tournée à partir du 31 Octobre. On fait une date à Epinal pour les pupilles des pompiers dont je suis parrain et Stéphane aussi d'ailleurs.

En février 2017 on revient aux Bouffes Parisiens.

A côté de ça, j'ai écrit deux trois pièces de théâtre que j'aimerais rapidement monter.

J'ai écrit une comédie musicale pour enfants qui devrait arriver très très vite.

Sinon je me tiens toujours à disposition pour des castings téléfilms et cinéma, il serait bien qu'ils viennent me voir, ça serait sympa -rires-

Que peux-t on te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

Que ça continue ! Et je crois que j'aimerais re-croiser Stéphane Plaza -rires-

Avec des OU...

la question de l'invité précédent...

 

Question de Sonia Dubois : Arnaud, accepteriez-vous d'être mon accolyte au théâtre ?

Arnaud : Sans probème , bien évidement. Pourquoi je refuserais ?  Encore une fois, LA CURIOSITE et non pas REMPART.

MERCI ARNAUD !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents