Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une petite pièce svp !

Une petite pièce svp !

Ce blog est destiné à la promotion de spectacle, faire découvrir de nouveaux artistes, vous faire part de mes coups de coeur et surtout vous donner envie d'aller au théâtre.


Rencontre avec ... Christine Lemler

Publié par TARDIEU LAURENT sur 24 Novembre 2016, 13:59pm

Catégories : #interview

credit photo Olivier Allard

credit photo Olivier Allard

Bonjour Christine, peux-tu te présenter ?

Je m'appelle Christine Lemler et je suis comédienne depuis ... quelques années déjà -rires.

Quel est ton parcours ?

J'ai commencé il y'a longtemps, très longtemps, je suis rentrée au Conservatoire de Rouen en 1986 et j'y suis restée trois ans. 

Après mes trois ans de conservatoire, je suis montée à Paris et j'ai continué différents cours. J'ai fait l'école de Niels Arestrup et l'atelier international de théâtre chez Blanche Salant. 

Très vite, j'ai eu la chance d'enchaîner avec mon premier téléfilm en 1990. En fait lorsque j'étais en cours chez Blanche, j'ai un copain qui passait des essais pour un téléfilm, je lui ai demandé si je pouvais l'accompagner pour voir comment ça se passait. Le metteur en scène m'a vu, m'a fait passer le casting aussi et on a été pris tous les deux. Comme quoi ça arrive, mais ça s'est pas enchaîné -rires-.

En parallèle de mes cours, je tournais également des publicités. Je me souviens que j'étais un peu la bête noire parce que quand on fait du théâtre, on doit pas faire de téléfilms, pas faire de pubs, mais quand j'étais prise sur les castings tous les autres élèves étaient intrigués et me demandaient comment il fallait faire -rires-.

Moi j'ai adoré l'expérience que m'a apporté la publicité, ça m'a appris l'exigence et la rigueur, devoir raconter une histoire en très peu de temps et savoir prendre ses repères en un minimum de temps. 

Grâce à ça j'ai toujours été d'une extrême précision. 

Comme tout le monde, j'ai connu aussi des périodes assez creuses, il m'est arrivé de rester un an sans travailler. Heureusement que contrairement à beaucoup d mes camarades, dès que j'ai commencé à travailler, j'ai fait ma petite fourmi, j'ai tout de suite mis de côté car je me suis toujours dit "ça peut retomber et s'arrêter demain". Je ne voulais pas être dépendante de mes parents et pouvoir m'assumer financièrement.

Pour l'instant, jusqu'à présent je peux vivre de mon métier, je suis très heureuse, je suis toujours petite fourmi et je m'épanoui pleinement.

J'ai commencé à faire du théâtre et des tournées il y'a une vingtaine d'années, mais ça fait cinq-six ans que je joue sur Paris, c'est merveilleux de pouvoir partager avec le public.

Est-ce que tu as senti une étiquette "comédienne de série" ? Est-ce que tu en as souffert ?

Oh oui, bien sur. C'est difficile parfois quand tu as bossé avec une production et qu'on ne te reprend pas parce que tu as fait telle ou telle série. C'est aussi pour ça que je fais du théâtre, pour montrer que je suis comédienne. 

C'est dommage que les professionnels mettent les gens dans des catégories.

J'ose espérer que les mentalités changent et que petit à petit on aura un regard différent sur moi.

 

Avec des SI ...

Qu'est-ce qui t'a donné envie d'être comédienne ?

Oh la, c'est très vieux,-rires- ça remonte à " Autant en emporte le vent" , j'ai rêvé devant ça quand j'étais petite fille.

Et devant "les demoiselles de Rochefort" aussi, j'avais vraiment envie de faire ça. J'ai une soeur jumelle et quand on partait en colonie de vacances, on avait même pas dix ans, on montait des spectacles sur le thème des Demoiselles de Rochefort devant tous les autres enfants.-rires-

Je me souviens aussi en sixième on avait un petit spectacle de fin d'année, ma maman nous avait fait les costumes et on jouait du Molière. Au départ c'était un spectacle un peu "basique" et d'années en années ça évoluait et les gens nous disait "alors les jumelles qu'est-ce que vous allez nous faire?", c'était devenu une institution.

Ma soeur est devenue dentiste et moi ça ne m'a jamais quitté, sur scène je suis dans mon élément, tout comme devant une caméra, je me sens bien.

Est-ce qu'on a le même trac avant de rentrer sur scène ou devant une caméra ?

Moi je dirais que oui ! Selon les scènes, il y'a des choses plus ou moins faciles à jouer, mais il y'a toujours une appréhension.

Avec des OU...

Peux-tu nous parler de "MA BELLE MERE ET MOI, 9 MOIS APRES" ?

Qu'est-ce qui a bien pu se passer en 9 mois ? -rires-

Je peux dire que je suis enceinte, que je vais accoucher et que ma maman aussi.

Le personnage de Nicolas Vitiello a mis enceinte ma maman et ça va pas être simple -rires-

Je pense qu'il y a encore plus de rebondissements que dans MA BELLE-MERE,MON EX ET MOI, c'est encore plus farfelu.

Sachant que c'est une comédie de boulevard et qu'on peut tout à fait voir le deuxième sans avoir vu le premier auquel il y a des petits clins d'oeil.

C'est Nicolas Vitiello et Franck Leboeuf qui mettent en scène et c'est Véronique Demonge qui jouera ma maman

La première aura lieu le 17 Janvier, j'ai hâte de commencer les répétitions, ça va encore être une belle aventure humaine et de partage.

Rencontre avec ... Christine Lemler

Est-ce que tu as d'autres projets ?

Dans l'immédiat non, mais je me suis mis à l'écriture. J'espère pouvoir aller au bout de l'aventure de ce côté là aussi et pouvoir monter les deux pièces que je viens de finir d'écrire.

Je fais pas les choses à moitié et je me suis dit il vaut mieux avoir deux pièces pour être déjà sure de pouvoir en monter une -rires-

Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

De faire ça toute ma vie, que ma BELLE MERE ET MOI, 9 MOIS APRES, soit une belle et longue aventure et que je puisse monter mes deux pièces. 

Alors on croise les doigts et on te dit un gros "merde"!

 

Rencontre avec ... Christine Lemler

MERCI CHRISTINE !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents