Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une petite pièce svp !

Une petite pièce svp !

Ce blog est destiné à la promotion de spectacle, faire découvrir de nouveaux artistes, vous faire part de mes coups de coeur et surtout vous donner envie d'aller au théâtre.


Rencontre avec ... Grégori Baquet #off17

Publié par TARDIEU LAURENT sur 12 Juillet 2017, 11:21am

Catégories : #interview, #avignon off 17

Rencontre avec ... Grégori Baquet #off17

Bonjour Grégori, peux tu te présenter ?

Je m'appelle Grégori Baquet, je suis le dernier d'une grande famille, puisque mon papa Maurice Baquet, violoncelliste et acteur, ma maman était danseuse, et je suis le dernier de cinq enfants et on est tous dans le métier. Que ce soit chanteur comme mes deux soeurs qui sont chanteuses, mon grand frère qui dirige un théâtre à Saint Malo, mon autre frère qui dirige le théâtre LA LUNA à Avignon et qui est créateur lumière, et moi, qui suis comédien et metteur en scène.

Je suis papa d'un garçon de 19 ans, qui est comédien lui aussi, et j'ai 47 ans.

On vit de l'artiste depuis des années. Ca fait 32 ans que je fais ce métier et je n'ai jamais arrêté.

Quel spectacle viens-tu défendre sur ce off 17 ?

Je suis un multicarte, j'ai monté une compagnie cette année. C'est quelque chose qui me tient à coeur puisque ça fait 32 ans que je fais ce métier et que je passe enfin le cap de monter une structure, une compagnie qui s'appelle la compagnie VIVE et qui coordonnait deux spectacles.

Un que je met en scène et que j'interprète et écris d'après un roman, qui s'appelle ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR.

L'autre spectacle que j'ai accompagné artistiquement , puisque ma collaboratrice avec qui j'ai monté la compagnie, en fait la mise en scène. Elle s'appelle Victoire Berger Perrin et le spectacle s'appelle EN ATTENDANT BOJANGLES, qui se joue à LA LUNA à 12H45.

Je joue aussi dans ADIEU MONSIEUR HAFFMAN à 20H40 au théâtre Actuel.

Tu joues dans deux spectacles, plus un troisième que tu produis, comment tu tiens le coup ?

Ca fait 19 ans que je fais deux spectacles par an à Avignon. C'est la routine -rires-

Je pourrais en faire trois, quatre, ça me poserait pas de problème, le truc c'est que je suis obligé d'arrêter parce que j'ai la chance de commencer à me faire un petit nom dans le théâtre, on commence à monter des projets sur mon nom, du coup le problème c'est que si tu fais deux ou trois spectacles à Avignon, après il faut faire une tournée et l'année n'est pas extensible. Les gens se disent " merde, en fait t'es pris puisque t'as déjà une autre tournée". Je suis donc obligé de faire un peu moins de spectacle.

Moi j'ai un rêve, c'est de jouer à tous les créneaux, un 10H, un midi, un 14H, un 16H et un 18h et je m'arrêterais là -rires-. Une espèce de marathon théâtral.

Alors justement, comment t'es-tu préparé pour ce festival ?

Il se trouve que j'ai beaucoup travaillé sur ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR car c'est mon petit bébé, ça fait presque deux ans et demi que je travaille dessus et ça faisait quatre cinq mois que j'étais en résidence, j'ai beaucoup travaillé sur ce spectacle, on est allé à divers endroits, à Mont de Marsan, à Sion en suisse, en Nouvelle calédonie en résidence pendant trois semaines à Nouméa, donc ce spectacle m'a emmené petit à petit à être prêt.

En revanche je m'impose une hygiène de vie à Avignon que je n'ai pas ailleurs. J'essaie de pas me coucher trop tard, je me case tous les jours une heure de natation... Il y a forcément une hygiène à avoir si tu veux tenir trois spectacles. 

 

Avec des OU ...

Quelle est pour toi, la définition du bonheur ?

Je pense que c'est d'être conscient de ce qui t'arrive, au moment où ça arrive.

Quand tu commences à être dans l'instant présent, vraiment, t'es heureux tout le temps. C'est ce qui importe le plus, parce que nous autres, êtres humains, on a tous des casseroles, on vit toujours avec ce que nos parents nous ont léguer, avec le passé, et on passe notre temps à se projeter dans ce qu'on voudrait être. Donc on est malheureux, parce qu'on est pas encore ce qu'on voudrait être. Alors qu'il suffit de se concentrer sur ce qu'on est en train de faire maintenant, c'est à dire de discuter comme on le fait et on est heureux. Pas besoin de s'en dire plus. Carpe Diem, le reste ce n'est pas de notre ressort.

Le bonheur tu ne le voit pas, tu le vois que quand tu as eu du malheur. 

 

Est-ce que tu as des projets à venir ?

Je vais être en tournée avec tous mes spectacles.

Une grosse tournée de MONSIEUR HAFFMAN de Septembre à Décembre. Je vais commencer quelques dates d'ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR, on part au Liban à Beyrouth au mois de Novembre. Il y a une jeune productrice qui nous a aidé à la production de ce spectacle. je vais y jouer ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR, car je vais aussi proposer de l'accompagnement pédagogique, c'est ce que je veux faire par la suite, aller dans les écoles, apprendre le théâtre aux gamins, apprendre à les rendre curieux de la culture et de l'artistique.

En Janvier, je démarre Monsieur Haffman au Petit Montparnasse à Paris mais à partir du mois de Mars je serais en alternance car, j'ai la chance de jouer Hamlet. Je vais jouer Hamlet dans Hamlet, c'est l'Everest du comédien, c'est Xavier Lemaire qui m'est en scène, ça va se jouer au Théâtre 14.

Et je sais déjà déjà que je serais à Avignon l'année prochaine. 

Avec des SI ...

Que peut-on te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

Pas mieux ! C'est vrai, tout est parfait, j'ai du boulot, je suis en parfaite santé, les gens autour de moi m'aiment et je les aime, qu'est-ce que tu veux de plus.

Est-ce que tu as une dernière à rajouter ?

Avec plaisir, j'ai un autre cheval de bataille, je suis le parrain d'une association depuis 17 ans qui s'appelle TOUS EN SCENE CONTRE LA SCLEROSE EN PLAQUE. Depuis 17 ans j'organise des concerts, avec des artistes plus ou moins connus, chaque année entre un et cinq concerts, c'est totalement bénévole, je suis pas du tout dans l'idée des restos du coeur où on met les gens dans des palaces. On récolte des fonds pour la lutte contre la sclérose en plaque.

http://tous-en-scene.fr

J'ai la chance d n'avoir personne dans mon entourage touché par cette maladie mais cette maladie m'a appelé, les gens qui s'occupaient de ça sont venus me chercher,j'ai tout de suite accepté. J'ai toujours voulu aider, moi mon maître c'est Coluche, je me dis qu'on a la chance d'être en bonne santé, de faire un métier qui nous plaît et qui nous fait vivre, c'est la moindre des choses que d'aider les autres. 

Rencontre avec ... Grégori Baquet #off17

Merci GREGORI et bon festival !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents